La côte de l'Italiaanseweg - 55m

 

Une fois n'est pas coutume, l'ascension du mois vous propose de découvrir une montée dans un pays peu réputé pour son relief : les Pays-Bas. Pourtant, c'est dès que l'on pense qu'un pays est plat qu'en allant y faire de la marche ou du vélo, on se rend compte rapidement à quel point cette idée peut être trompeuse !

C'est d'autant plus vrai si on a la chance de pouvoir disposer d'un guide indiquant précisément les meilleurs endroits à découvrir. On peut ainsi réaliser des ascensions sur des routes pavées, d'autres régulièrement au programme de l'Amstel Gold Race, ou encore d'autres comportant des pentes de près de 22% !

La ballade présentée ici est bien plus bucolique. Il s'agit de la côte de l'Italiaanseweg. Cette côte est située dans le Veluwe, région située dans le centre des Pays-Bas.

Cette petite route pavée serpente dans la forêt à l'ombre des chênes pendant un peu moins de 2 kilomètres. Elle peut donc être réalisée à pied, à vélo, en trottinette, en course en sac, en faisant le poirier,.. les possibilités ne manquent pas !

Le départ est situé près de la ville de Heveadorp, à l'ouest de Arnhem. Heveadorp est dans le prolongement de la ville de Oosterbeek. Récupérer à gauche la oude Oosterbeekseweg depuis la route Van der Molenallee. Au bout de 400 mètres, on arrive à un carrefour avec la Italiaanseweg. A cet endroit, l'embranchement vers le sud est celui comportant toute la dénivellée. Il descend pour retrouver le pied au niveau du carrefour avec la Fonteinallee. L'autre côté est plus plat mais aussi agréable.

On peut également atteindre le point de départ en suivant à gauche la direction soit du château de Doorweth, soit du Museum Voor-Natuur-En Wildbeheer.

A défaut d'avoir pris l'une de ces 2 options, en continuant la route, on retrouve bien l'Italiaanseweg au niveau de la Bentcklaan, mais ici, c'est le sommet ! Je me suis fait avoir bêtement en faisant le parcours en partant de la fin, et en me disant que décidément la montée ressemblait de plus en plus à une descente ! Et pour cause..

Au pied, un panneau indique la petite rue pavée qui s'enfonce rapidement dans les bois. Le GPS précise que l'on se trouve ici à 10 mètres d'altitude ! Très proche du niveau de la mer ! Et à priori, il est même possible de se situer au Pays-Bas à une altitude inférieure au niveau de la mer, pour preuve les champs incurvés s'étendant à perte de vue en légères ondulations en direction du sud-ouest.

A cette hauteur, autant dire que l'on pourra difficilement profiter en été de la fraîcheur de l'altitude. Aussi, l'ombre procurée par tous ces arbres sera fortement appréciée.

On y trouvera également le calme, car la route fait à peine plus d'un mètre de large, et est interdite à la circulation automobile.

Les pavés sont globalement de bonne qualité. Rien à voir avec les pavés de Paris Roubaix, ou de quelques autres grosses ascensions belges comme le Koppenberg, avec de gros pavés disjointoyés de hauteurs différentes, et avec de la terre et de l'herbe entre les pavés. Ici, les pavés sont plus rougeâtres, rectangulaires, et bien nivelés.

Après s'être retrouvé sous les arbres, la petite route monte régulièrement en ligne droite sur des pentes à 7%. S'ensuite alors un virage en S droite-gauche, toujours sur des pentes comprises entre 6 et 7%.

Au bout de 500 mètres environ, derniers efforts autour de 4% pour arriver jusqu'au carrefour avec la oude Oosterbeekseweg. Et c'est tout !
C'est tout ?
Oui, mais pour la partie montée uniquement !

On est ici à 55 mètres d'altitude. Ce n'est certes pas le point culminant du pays, mais on peut toujours se dire que c'est tout de même 5 fois plus haut que le pied !!

Au choix, on peut prolonger la ballade en continuant tout droit sur encore environ 900 mètres, après quoi la route rejoint le carrefour avec la route Van der Molenallee.

Cette portion oscille légèrement, mais globalement, le parcours est plat. Sur la gauche, toujours la forêt, tandis que sur la droite, se succèdent les murs de quelques propriétés bien cachées parmi les arbres.

Cette sortie permet de se retrouver à l'ombre d'une forêt tranquille surplombant le château de Doorwerth.

Le pays étant globalement très plat et essentiellement composé de plaines et de champs, c'est une alternative originale et un endroit plaisant à découvrir.

Dans le même coin, une autre idée de sortie est le site de Posbank, juste au nord de Rheden. Une fois sorti de la ville, dépaysement garanti avec de grands plateaux broussailleux balayés par le vent.

Mais c'est une autre histoire !

copyright 2007 (texte écrit par Olivier D.).

retour